samedi 19 avril 2014

Conseil municipal du 16 avril 2014

Ce 16 avril 2014 première séance de conseil municipal après l’installation du 7 avril, pour débattre de l’orientation budgétaire 2014 et procéder à quelques désignations dans les organismes et associations.

A peine la séance était elle ouverte qu’on était dans l’ambiance. Echanges d’ »amabilités » en particulier entre MM. Caudron, Cousin et le Maire. Ce dernier, avec toute l’élégance qui le caractérise, allait donner le ton au cru de ce DOB millésime 2014. S’adressant à l’assemblée il annonça « le nouveau Y. Cousin est arrivé, c’est comme le Beaujolais nouveau !"

On aurait pu s’attendre à quelque chose de prestigieux. Et bien non, ce cru 2014 s’est révélé tout aussi insipide que les crus précédents. Rien de neuf sous la calotte financière des cieux lambersartois :
-          même exposant, Christophe Caudron, ex-adjoint aux finances, alors qu’on attendait un exposé magistral de Christiane Krieger, nouvelle adjointe préposée aux cordons de la bourse,
-          le sempiternel radar de l’économie française agrémenté de quelques données financières arrêtées, bien entendu, au 31 décembre 2012 (les chiffres 2013 sont connus, mais, comme chaque année, on nous en réserve la surprise jusque fin juin pour mieux nous faire languir !!).
-          mêmes satisfecit à travers ratios et moyennes, au choix, et selon les messages que l’on veut faire passer !
-          l’endettement a quand même été abordé timidement. Là encore, on s’arrête à fin 2012  cependant qu’on ne peut éluder l’emprunt de 4,3M€ signé en avril 2012 et dont on vient juste de démobiliser le solde. Qu’importe on le retrouvera dans quelques semaines au mieux et au pire l’an prochain, au moment du DOB 2015.
   
Tout cela pour dire qu’il faut trouver,
-          compte tenu de la baisse des dotations de l’Etat,
-          de la charge de personnel (plus de 16M),
-          de quelques augmentations de dépenses de gestion courante,
-        d’une estimation,  à hauteur de 100 000€, de la dépense estimée d’un trimestre de mise en œuvre des rythmes scolaires,
une enveloppe de près de 1M€,  en s’en tenant à la seule augmentation des bases, sans augmenter les taux (promesse électorale oblige ??).

Ce 1 M€ devrait être trouvé grâce aux économies à réaliser sur le fonctionnement.

Beau challenge pour Christiane Krieger qui peut compter sur Christophe Caudron, mais aussi sur Stéphane Acquette, nouvel adjoint au développement durable qui s’est obligeamment prêté à des conclusions pédagogiques et élogieuses sur et à l’issue de l’exposé et du débat sur le DOB. Il est vrai qu’ils ne seront pas trop de trois pour réussir l’exercice.


vendredi 18 avril 2014

Lu dans Le Canard Enchaîné et Dailynord

Le Canard Enchaîné du mercredi 16 avril 2014 consacre un article à l'affaire judiciaire qui nous a opposé à Marc-Philippe Daubresse sous le titre "Lambersart sans la manière".
















Sur le mème thème, le site d'informations régionales Dailynord a également publié un article :
A Lambersart, Marc-Philippe Daubresse a-t-il joué avec la justice pour faire campagne?

A peine réélu à 51,7%, le maire de Lambersart, Marc-Philippe Daubresse, a, comme par hasard, retiré la plainte pour diffamation qu’il avait déposée à l’encontre de Nicolas Bouche et Thérèse Dupont, à la tête de la liste ModeM “Ambition pour Lambersart”. Les deux impertinents avaient osé dénoncer sur leur blog en janvier 2012 des factures, d’un montant total de 6200 euros pour séminaire conviant 28 élus à Ostende en juillet 2011 et de 7200 euros pour divers frais de restauration du premier semestre. “La procédure aura duré deux ans”, regrette le communiqué d’Ambition pour Lambersart qui ne manque pas de préciser que la prise en charge des frais de justice du maire ont été actés en conseil municipal...
Lire la suite ici

mercredi 2 avril 2014

Manoeuvres politiques, gâchis d'argent public : à Lambersart, ça continue !

Ce mardi, le tribunal correctionnel de Lille a pris acte du désistement de M.Daubresse de sa plainte pour diffamation à l'encontre de Nicolas Bouche, Thérèse Dupont et Emmanuel Magdelaine.
Ce désistement au lendemain du 2ème tour des élections municipales nous interpelle fortement et nous oblige à réagir pour expliquer clairement la situation aux Lambersartois.
La plainte de M.Daubresse faisait suite à deux articles parus sur notre blog en janvier 2012, qui décrivaient les frais de restauration des élus de Lambersart et en particulier ceux engagés par M. Daubresse. 
Tout au long de la procédure judiciaire, nous avons vivement contesté toute diffamation dans ces deux articles et nous étions prêts à en répondre devant la justice. La procédure judiciaire aura duré deux ans.
Deux années qui ont coûté cher aux Lambersartois. La prise en charge des frais d'avocat de M.Daubresse a été acté en Conseil municipal (sauf par Thérèse Dupont et Nicolas Bouche, conseillers municipaux d'opposition). Tous ces frais ont donc été payés par l'argent public. Plusieurs milliers d'euros pour rien.
Ou pas tout à fait. Pour Marc Philippe Daubresse, cette procédure judiciaire a d’abord été un argument politique. Il l'a mise en avant à deux reprises dans la tribune municipale et dans un tract de campagne à trois jours du 1er tour. Chacun se fera sa propre opinion sur cette utilisation à des fins électorales d’une affaire non jugée.
Pour notre part, nous estimons que la justice a été instrumentalisée. Le procureur de la République a d'ailleurs regretté publiquement à l'audience le temps et l'argent perdus par l'institution judiciaire dans cette affaire.
Depuis 6 ans, nous nous battons pour plus d'éthique dans les pratiques politiques à Lambersart. Nous n'avons cessé de le répéter pendant la campagne électorale.

Nous attendons toujours de voir le changement...

mercredi 15 janvier 2014

Pourquoi nous n'étions pas aux "grands voeux" du maire

Nous n’avons pas participé aux « grands vœux » du maire ce mercredi 15 janvier.

Il nous paraît indécent que tous les Lambersartois n’y soient pas invités.
Il nous paraît indécent que 20 000 euros (c’était encore le cas l’année dernière, comme depuis 6 ans, qu'en sera-t-il cette année ?) soient dépensés rien que pour la décoration de la scène qui accueille le Conseil Municipal.

Nous participons chaque année, avec grand plaisir, et nous y serons présents cette année encore, aux vœux de quartier.

A bientôt la grande joie de vous y rencontrer !

mardi 17 décembre 2013

Dernier Conseil Municipal de la mandature !


Il y a encore quelques dizaines d’années, Lambersart comptait de nombreuses blanchisseries. L’eau était abondante et on y lavait bien le linge. Réputation non usurpée ce mardi 10 décembre lors du conseil municipal. On y a lavé du linge, du linge sale,  à coup de longues diatribes qui ne grandissent pas la démocratie et les personnes qui se doivent de l’exercer. Triste spectacle que celui que l’assemblée municipale a montré aux Lambersartois qui étaient venus nombreux assister à un divorce municipal !

Chacun a peut-être lu dans la presse et par blog interposés ce qu’il advint de l’ex premier adjoint, démis de ses fonctions municipales par 24 de ses ex-colistiers. Paradoxalement, tous les élus d’opposition votèrent contre sa destitution… En ce qui nous concerne, c’est contre la manière de faire que nous avons voté. Nous n’avons pas participé au vote concernant son remplacement à LMCU, au SIVOM et à la fourrière municipale, car nous avons considéré que les délibérations étaient mal ficelées, voire entachées d’illégalité.

Auparavant, étaient proposées un nombre certains de délibérations, qui engageaient l’avenir de Lambersart. Vous les trouverez encliquant ici.

Nous nous sommes opposés à celle qui cédait, à LMCU, le terrain et l’allée devant le centre sportif G Delfosse. LMCU s’était, parait-il, engagée à refaire le parking en schiste rouge, ce que tout le monde appréciera, mais la compensation, en terme de perte d’emprise foncière, nous semble trop importante.

Nous avons voté contre la servitude accordée à la smeno, rue Debuire de Buc, pour que les futurs locataires de la résidence qu’elle compte y construire puissent emprunter, nuit et jour, le parking de la salle de sports Ste-Cécile ; ce parking risque fort, à l’avenir, de rester ouvert constamment.


Enfin, entre autres, nous avons reposé la question (déjà posée en septembre) des problèmes rencontrés par le centre social du Pacot. La réponse du Maire fut différente de celle de septembre. Une chargée de mission va être nommée pour clarifier le fonctionnement, et la dénomination du Pôle animation Municipal va changer ! La bibliothèque pour tous aura son propre nom, et le Centre social s’appellera…. Lino Ventura ! Nous doutons que ces simples mesures suffisent à rétablir la sérénité…

samedi 5 octobre 2013

Conseil municipal du 30 septembre 2013

Conseil Municipal de rentrée studieux, ce lundi 30 septembre, qui dura quand même plus de deux heures (vous pouvez lire l’intégralité du compte-rendu ici).

Nous avons voté en faveur de toutes les délibérations qui nous étaient soumises (sauf l’approbation du procès-verbal du dernier Conseil Municipal, sur lequel nous nous sommes abstenus), y compris celle concernant les ventes à venir de certains immeubles communaux ; même si vendre des biens communaux pour équilibrer le budget ne nous rassure pas, nous ne pouvons pas, en élus responsables, voter contre des recettes indispensables à la bonne marche de la Ville.

Nous avons interrogé le Maire sur les locaux du Centre Social du Pacot : l’utilisation, par des employés et des élus municipaux, des bureaux dévolus initialement au Centre Social ne génère-t-elle pas du mécontentement de la part des adhérents de ce Centre Social ? Et les financeurs ont-ils donné leur accord à ces changements de destination ? Nous avions en effet reçu les échos d’un certain mécontentement…Réponse du maire : tout le monde est content de la situation (adhérents, salariés, administrateurs et financeurs) ! Bien sûr, la réponse du maire était un tantinet plus longue, mais le résumé est fidèle…



lundi 30 septembre 2013

Rendez-vous sur nicolasbouche2014.com !

Vous trouverez dorénavant sur ce site les compte-rendus des Conseils Municipaux du mandat en cours. Notre campagne pour les élections municipales ayant débuté ce samedi 28 septembre, nous vous invitons à vous rendre sur le site nicolasbouche2014.com. C’est ce site qui rendra compte des nouveautés de la vie municipale lambersartoise ! Mais le site ambitionpourlambersart.fr restera ouvert, afin que chacun puisse retrouver les articles qui ont jalonné notre histoire. A tout de suite sur www.nicolasbouche2014.com !

samedi 17 août 2013

Cessions immobilières : les bijoux de la « famille » municipale

                   
 En mars dernier, à l’occasion du vote du Budget Primitif 2013, nous avions interpellé le Maire sur diverses écritures, notammentl’inscription d’une recette de 750 000€. Il nous fut répondu par M. Caudron, Adjoint au Finances, qu’il s’agissait de « cession d’actifs » sans qu’il puisse préciser lesquelles, alors que le Maire indiquait, de son côté, qu’il s’agissait d’une recette  prévisionnelle pour la vente des terrains de la salle de sports Pierre de Coubertin à démolir.

La suite, nous l’avons relatée dans notre compte-rendu deconseil municipal du 11 juillet. La délibération prévue à l’ordre du jour de la séance, pour la vente à Vilogia de ce terrain (725 000€ - on n’était pas loin des 750 000€ inscrits au BP 2013) était en fin de compte retirée. 

Mais alors les 750 000€ inscrits au Budget Primitif ?
Depuis le début de l’année, il a été procédé à la vente de deux maisons avenue Debuire du Buc (pour 330 000€ et 190 000€) ; le terrain qui leur est contigu le sera vraisemblablement après les élections, si la majorité actuelle est reconduite (d’ici là, il faut bien éviter les mécontentements).
Au Conseil municipal de juillet, nous a été soumise la vente d’un logement de fonction rue Lavoisier (estimation 260 000€). Nous aurons donc, pour la fin de l’année, dépassé la recette « prévisionnelle » de 750 000€ du Budget primitif 2013.

Il semble cependant que l’on envisage de faire mieux ! Deux logements de fonction, à Canteleu et à la Métairie seraient dans les tuyaux. Il serait aussi question d’aliéner une partie du Castel Saint-Gérard en plus du terrain de l’avenue Debuire du Buc. Renseignements, rumeurs, fondés, infondés ??

En tout cas, on sacrifie les bijoux de la grande « famille » municipale. En 2011, on n’a rien vendu. En 2012, c’était de 28 020€ de terrain dont on s’était dessaisi.

Avant les élections, on diminue symboliquement les taux d’imposition locale, et on communique beaucoup autour de cette baisse. Mais pour équilibrer le budget, on vend les bijoux de famille. Et après ? Après, ce sera une nouvelle équipe qui sera chargée d’équilibrer un budget, sans aucune marge…

lundi 12 août 2013

Vidéo : protection ? surveillance ? Une vidéo qui nous coûte toujours plus cher

  1. Nous nous y sommes opposés depuis le début, car ça coûte cher, et ça n’est pas efficace.
Inefficace ? Pourtant, le bilan présenté par la majorité municipale veut nous prouver le contraire : on est passés de 35 à 4 actes délictueux en deux ans, sur la Cité Familiale… C’est quand même prodigieux ! Est-ce parce que le quartier de la Cité familiale est un quartier fermé ? Peut-être.  Est-ce parce que, en même temps qu’on installait les caméras, on recrutait deux animateurs sociaux spécifiquement dévolus à ce quartier ? Peut-être.  Est-ce que la délinquance s’est déplacée vers d’autres quartiers ? Sans doute.

Cher ?  Il était urgent en décembre 2009 de prévoir 550 000 euros pour la vidéosurveillance. Deux ans et demi plus tard, on a dépensé 180 000 euros ; l’urgence était donc relative…
Et ça redevient urgent, de dépenser au total 950 000 euros, en espérant 190 000 euros de subventions ;  soit 20% du total, alors qu’il s’agissait au départ de recouvrer 40 % !
Le problème, c’est qu’en trois ans, on n’a pas su financer 550 000 euros, et qu’on nous annonce, alors que les finances sont plus que raides, qu’on va trouver 720 000 euros d’ici l’année prochaine ! Nous ne pouvons pas nous empêcher d’y voir, une fois de plus, un effet d’annonce bienvenu en période électorale…

2. Nous allons sûrement avoir droit au laïus habituel : « Vous critiquez, mais vous ne proposez rien ». Or, depuis 2009, sur ce sujet, nous proposons une approche fondée sur plus de présence humaine sur le terrain. Bien sûr, nous ne pouvons influencer les hautes instances qui nous gouvernent, qui ont décidé que le commissariat de police se trouverait à La Madeleine plutôt qu’à Lambersart, commissariat dont les effectifs sont manifestement insuffisants. Il ne nous semble pas d’ailleurs que le député-maire, ancien ministre, ait eu la moindre influence dans ce domaine particulier alors qu’il était dans les hautes instances nationales, à savoir les Gouvernements Chirac et Sarkozy auxquels il ne manque jamais de faire référence.Mais, localement, il y a des choix politiques à faire. Et la vidéo-surveillance, c’est un choix que nous regrettons, quand nous constatons qu’il y a autant de personnel municipal affecté au service prévention et à la police Municipale, que de personnel affecté à la Communication et au Protocole.





mardi 23 juillet 2013

Où l’on reparle du centre-ville


A l’ordre du jour du Conseil Municipal du 11 juillet dernier, figurait une délibération pour laquelle nous aurions (si nous ne l’avions pas quitté) voté des deux mains. Elle concerne une demande de subvention auprès du Fonds Départemental pour l’Aménagement du Nord  (FDAN) à hauteur de 80% pour financer une « étude pour la restructuration des espaces publics de l’îlot St Calixte-Place Félix Clouët de Pesruches ». Dans cette délibération, on trouve une introduction qui vaut le coup d’être citée : « La commune souhaite mener une étude pré-opérationnelle [….] en vue de donner au site un aspect homogène de centre-ville faisant défaut à la commune »










Rappelez-vous. Dans notre article du 22 mars 2012, nous regrettions l’absence de centre-ville à Lambersart. Nous pensons qu’un centre-ville favorise une véritable identité, le commerce local, et l’implantation d’un vrai marché notamment.

Dans Lambersart Infos (vous savez, le 4 pages hebdomadaire que vous trouvez dans votre boîte aux lettres) du 9 février 2013 (il y a 5 mois), que lisait-on ? «  Marc-Philippe Daubresse a rappelé, lui, le choix fait il y a quelques années, dans un contexte où les habitants sont attachés à leur quartier, de ne pas créer un centre-ville mais au contraire de valoriser les quartiers ».


Nous nous réjouissons du changement de point de vue du Maire. Mais nous craignons quand même que cela n’empêche pas la majorité actuelle de clamer partout que l’opposition ne développe jamais d’idées…

samedi 20 juillet 2013

Conseil municipal du 11 juillet 2013


Le dernier Conseil Municipal s’étant déroulé seulement 5 semaines auparavant, nous pensions que ce Conseil supplémentaire du jeudi 11 juillet présenterait un ordre du jour plus léger que d’habitude. Nous nous trompions. Ce sont en effet 34 délibérations que nous avons découvertes le vendredi soir précédent.
Dimanche 7 juillet, nous avons sollicité des informations complémentaires au sujet de 3 de ces 34 délibérations ; ce qui provoqua deux chambardements…

Nous nous étonnions notamment, dans la délibération 27, que la ville propose à Vilogia de lui vendre le terrain de la salle de sports P de Coubertin, en cours de démolition. En effet, le site de Coubertin est grevé, dans le cadre des accords conclus lors de la signature de la convention ANRU, de droits à construire au profit de la Foncière Logement (association  à vocation de produire des logements locatifs à destination des salariés pour diversifier l’habitat dans les secteurs en réhabilitation  urbaine). Nous avions déjà posé des questions au maire lors des conseils de mars et juin derniers sur ce dossier (voir nos articles des 3 avril et 12 juin 2013). Nous souhaitions avoir copie d’une éventuelle lettre de la Foncière Logement, qu’il disait attendre début juin, attestant que cet organisme renonçait à ses droits, rendant disponible le terrain à la Ville. Car, négocier et  vendre un terrain sans droits à construire, il faut quand même oser…

Le Maire, en préambule à l’ordre du jour, fit donc une communication. Il expliqua que la Foncière Logement, à qui il avait proposé des droits à construire en échange de ceux de Coubertin, sur un terrain aux Muchaux - dont on sait par ailleurs que le projet d’une ZAC est abandonné par LMCU ! -venait tout juste,  par mail, de lui écrire qu’elle gardait ses droits sur Coubertin, et s’engageait à y construire rapidement 30 logements. Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras ! Il retira donc cette délibération n°27 de l’ordre du jour, puisque la Ville n’avait plus de terrain à vendre à Vilogia  pour construire et de facto le produit attendu de la vente (725 000€) s’envolait. Notre interrogation sur cette délibération était légitime…
Oui, « la vie d’un maire n’est pas un long fleuve tranquille ! » quand il se perd dans les méandres des tractations immobilières !

Par ailleurs, nous souhaitions obtenir copie de factures d’ordre de mission concernant un déplacement à Paris de Mme Savary, Mr Reynaert et du Maire pour la remise à la ville d’un prix de la Rénovation urbaine pour le Logement. Nous préférons (c’est sans doute un défaut aux yeux de certains) voter (pour ou contre) en toute connaissance de cause, plutôt que les yeux fermés. Il nous fut répondu, 24 heures avant le Conseil, que, du fait des « congés dans les services », nous ne pourrions pas obtenir copie de ces factures. Devant cette entrave à notre travail de conseillers municipaux, nous avons quitté la séance du Conseil. Miraculeusement, alors que nous nous levions, les factures étaient disponibles. Le Maire se proposa  de nous les donner immédiatement… et ajouta qu’en plus des trois élus, 5 membres du personnel municipal avaient participé au repas.

samedi 29 juin 2013

Panneaux touristiques


On veut faire de Lambersart une ville touristique et, pour ce faire, prévoir des lieux de détente, des buts de promenades, de belles curiosités à montrer ou à faire connaître. On voudrait attirer les visiteurs nombreux qui, tout au long de l’année, viennent et s’arrêtent à Lille et qui devraient aussi pousser la curiosité jusqu’à venir à Lambersart !
Des panneaux touristiques et historiques « totems » sont mis en place progressivement. Deux nouveaux viennent d’être inaugurés le 9 juin (on peut regretter qu’ils soient déjà abîmés, mais c’est une autre affaire).
En français et en anglais, ils retracent l’histoire des lieux.

Mais pourquoi n’a-t-on pas prévu d’explications en allemand ? Lambersart est jumelée avec Viersen depuis 1970. Des panneaux d’entrées de ville le signalent. Nous avons commémoré, mi-mai, les 50 ans du traité d’amitié franco-allemand, dit traité de l’Elysée.
Nos amis de Viersen et d’ailleurs seraient certainement heureux de partager le côté didactique de ces panneaux et de constater que le jumelage, ce n’est pas seulement des rencontres d’anniversaire et des discours, mais aussi du concret pour mieux connaître et se connaître.


mercredi 12 juin 2013

Conseil municipal du 7 juin 2013

Ce vendredi 7 juin, s’est tenu le Conseil Municipal.

Compte administratif

Nous nous sommes abstenus. Comme nous l’expliquons et le revendiquons régulièrement, nous trouvons aberrant de voter ce compte administratif (qui retrace les dépenses et les recettes de l’année écoulée) au mois de juin, soit 5 mois après que les chiffres soient présentés au Maire et à l’adjoint aux finances. Et 3 mois après le vote du budget de l’année en cours… Il nous paraitrait cohérent que le CA soit voté en même temps que le budget ; en fonction des chiffres réalisés l’année précédente, on pourrait projeter plus aisément les chiffres de l’année à venir. Ce n’est pas la doctrine de la majorité actuelle, malheureusement.

Pierre de Coubertin et Sang-froid

Le problème de la démolition de la salle de Coubertin avait été abordé lors de la discussion du vote du budget (cf article) et avait rebondi dans un article publié dans le bulletin municipal et sur le blog de la majorité (cf article), article qui nous décernait la palme du mensonge (rien que ça). Nous avons effectué deux remarques sur le fait que ce que nous disions il y a deux mois se vérifiait aujourd’hui, et avons posé deux questions, visant à éclaircir le problème. Le maire, emporté par dix minutes d’explications et par sa colère…… contre certaines institutions !!, singea la façon de s’exprimer de Nicolas Bouche. Celui-ci reprit la parole pour s’étonner d’une telle agressivité, alors qu’il ne s’agissait que de remarques et de questions… Mettre toutes ses tripes dans son travail de Maire, c’est bien, conserver son sang-froid, c’est mieux.

Y-a-t-il une opposition de gauche à Lambersart ?

On sait ce qu’il advint de l’opposition de gauche des mandats précédents. L’opposition actuelle était muette au moment du Débat d’orientation budgétaire, et elle était muette ce 7 juin, en ce qui concerne les affaires lambersartoises. En fin de Conseil, on entendit Mme Dubois lancer un hommage justifié à Pierre Mauroy (décédé le jour-même), poursuivant de façon maladroite (à notre humble avis) sur les manifestations contre le mariage pour tous et le décès d’un jeune militant d’extrême gauche. Faut-il penser que les élus de gauche n’ont rien à redire à la vie municipale, telle qu’elle est pratiquée à Lambersart ?

PS : on nous a annoncé un Conseil Municipal supplémentaire le 11 juillet, ce qui est particulièrement inhabituel à Lambersart ; vidéo-surveillance et bilan de l’opération Pacot-Vandracq sont au menu. Espérons qu’il s’agira bien d’un Conseil municipal, et pas d’une conférence de presse…


dimanche 26 mai 2013

Du papier, du papier, du papier, toujours du papier !


Depuis plusieurs mois, chaque foyer lambersartois reçoit, dans sa boîte aux lettres, les informations municipales, de façon hebdomadaire. Un éditorial (avec une petite photo, ça ne fait pas de mal), des articles soit-disant essentiels, un nième rappel des manifestations municipales, tout cela justifie sans aucun doute le surcoût engendré par le passage à un rythme hebdomadaire de la distribution. Avec notre mauvais esprit habituel, nous avions dénoncé, lors du vote actant ce changement, une manœuvre en vue des élections municipales de mars 2014…


Bonne nouvelle ! Nous vous annonçons le retour prochain de « la Lettre du Député », qui, précédemment (septembre 2009, octobre 2010, mai 2011), nous avaient laissé un souvenir impérissable. Du papier en plus dans votre boîte aux lettres, mais du papier qui ne coûte rien aux finances municipales ; ce sont en effet les entreprises (le démarchage de celles-ci est en cours) qui, par le biais d’encarts publicitaires, financent cette publication. 

C’est sans doute un hasard si cette « Lettre » est distribuée à quelques mois des élections municipales, élections auxquelles le député de la circonscription compte bien se présenter sur Lambersart… Quelques photos de plus ne peuvent pas être néfastes … Et comme en plus, le coût de cette lettre ne sera pas imputé sur les comptes de campagne du candidat aux élections municipales, c’est tout bénéfice… Mais c’est sans doute notre mauvais esprit habituel qui nous fait réfléchir ainsi.

mercredi 1 mai 2013

Un beau 1er mai !


Il faisait beau ce mercredi midi pour la traditionnelle cérémonie du 1er mai à la Salle André Malraux.
Le soleil et les brins de muguet étaient au rendez-vous pour la mise à l’honneur des récipiendaires des médailles du travail.














Ils étaient venus nombreux pour se voir épingler sur le revers de la veste une médaille de Grand’Or à Argent, venue récompenser une vie professionnelle achevée pour certains, en cours pour d’autres.
Dans un contexte économique morose, quand bon nombre de nos concitoyens sont à la recherche d’un emploi et s’interrogent sur leur avenir et celui de leurs enfants, il faisait bon espérer, le temps de quelques heures, à des jours meilleurs, à des lendemains qui chantent le plein emploi pour tous.
Nombreux celles et ceux qui se sont congratulés en pensant ainsi et en se le disant.
C’est aussi ce que nous voulons vous dire.
A tous les Lambersartoises et Lambersartois médaillés du travail 2013, nous adressons nos chaleureuses félicitations et des brassées de petites clochettes porte-bonheur.