jeudi 23 avril 2015

Une belle leçon de gestion

Le « bon gestionnaire », le « capitaine qui sait mener le paquebot dans les tempêtes », l’homme en qui il faut avoir confiance parce qu’il sait « gérer » un budget a donc dépensé deux fois plus d’argent par habitant que notre équipe lors de la campagne des municipales 2014. 1,4 € par habitant contre 0,7€ par habitant pour notre campagne. Ce qui le place en tête des candidats les plus dépensiers des 30 grandes villes de la région. Une belle leçon de gestion.
Deux fois plus de frais d’imprimerie, 10 000 € de « conseil en communication » (0 € pour notre campagne)… Marc-Philippe Daubresse, à qui nous avons reproché depuis plusieurs années ses dépenses inutiles de communication, se voit là pris la main dans le pot de confiture. Oserons-nous dire que nous avons été soucieux de tout calculer au plus juste, de dépenser efficacement ?
Le comble, c’est que le maire de Lambersart réussit encore à détourner les chiffres en affirmant qu’il a coûté moins cher à l’Etat que son ex 1er adjoint parce qu’il a reçu plus de dons. Oubliant que ces dons sont déductibles à 66%. De l’argent qui rentre donc en moins pour les impôts et coûte donc à l’Etat. Non, M.Daubresse, vous n’avez pas « coûté moins au contribuable que votre adversaire. »

Que les Lambersartois y pensent lorsqu’ils entendront M. Daubresse argumenter sur la fiscalité, disserter sur la bonne gestion, ou clamer haut et fort que les dépenses de communication sont en baisse…

jeudi 12 mars 2015

Compte-rendu du Conseil Municipal du 18 février 2015


Suite à la démission de Mmes  Bonin et Lenière il est procédé à l’installation de deux nouveaux conseillers municipaux de la liste majoritaire : Mme Lemaître et M. Wattebled. C’est la première réunion de l’année.
Deux réunions en une : la première pour débattre des Orientations Générales du Budget 2015 (DOB), débat sans formalisme  afin de satisfaire aux obligations légales, la seconde pour acter ou voter des décisions prises le plus souvent en amont par l’exécutif municipal.

Rappel  de la méthode lambersartoise : comme les années précédentes le budget de l’exercice 2015 sera voté fin mars et le compte administratif 2014 en juin prochain cependant qu’à cette époque de l’année les résultats de 2014 sont connus et le budget 2015 en grande partie élaboré. Mais cela permet d’ajuster, de peaufiner un budget serré et surtout de ne pas trop communiquer  jusqu’au vote du budget
La nouvelle gouvernance, le dialogue, l’ouverture dont il avait été question à l’issue de la campagne des municipales sont, moins d’un an après, déjà oubliés : il est vrai que les promesses n’engagent que ceux qui y croient !

Donc un débat d’orientation budgétaire sans relief qui laisse l’auditeur sur sa faim. On a pourtant remarqué  un changement d’importance : on ne fait plus état  du radar de l’économie du magazine Challenges qu’on nous servait en mise en bouche chaque année ! Le radar en question a donc disparu des écrans financiers lambersartois, dommage !!

Après avoir dépeint l’environnement économique national et ses conséquences sur les finances locales:
- baisse importante de la DGF ;
- progression des mécanismes de péréquation pour limiter cette baisse de DGF, mais dans de moindres proportions : DSU, FPIC, ajustement de la TVA sur investissements,
La situation de la MEL fut brossée, cet EPCI étant aussi « victime » des baisses de dotations alors qu’elle doit prendre en charge de nouvelles compétences!
On aura pu noter qu’il n’y aura pas de hausse des impôts locaux en dehors de l’augmentation des bases + 0,9%.

Quelques ratios lambersartois furent ensuite égrenés :
Les dépenses de fonctionnement : 970€/habitant (La Madeleine 924€ - Marcq en Baroeul 911€ - Mons en Baroeul  793€) pour ne citer que des villes environnantes au seuil démographique équivalent ou près de celui de Lambersart). On ne peut pourtant pas se comparer à Lille, Roubaix ou Tourcoing, proches de Lambersart certes, mais sans commune mesure avec notre seul seuil démographique. Pourtant, on ose la comparaison !
Les dépenses (estimées) de personnel auraient augmenté de 1,79 % par rapport à n-1
Pour financer les gros investissements du mandat il faudra recourir à l’emprunt dans « un contexte favorable avec des taux historiquement bas » ! Et vendre encore des « bijoux de  famille » (on évoque désormais de vendre  des terrains, doit-on s’attendre à de nouveau projet immobiliers privés ?). Le Maire déclara aussi tout un programme et beaucoup de « joyeusetés » en perspective !
En ce qui concerne l’évolution de la dette, les chiffres annoncés ne concernaient que l’année 2013 et des estimations pour les années 2014 (closes!) et 2015.

On a particulièrement été attentif au 4,3 millions d’€ d’emprunts levés en 2013 et 2014 (conforme à ce que nous disions lors de la campagne électorale de l’an dernier), 4,3 millions d’€ qui viennent s’ajouter aux 13,7 millions d’€ constatés à la clôture de l’exercice 2012 (référence à l’analyse financière du  Trésorier de Lambersart, si souvent avancée par le Maire lors de la campagne des municipales).
En 2015 on passe, en 2016 on devait arriver à passer mais en 2017...... !!

Si la ville de Lambersart est moins endettée que des villes comme Armentières, Lille, Marquette, Saint-André ou Wambrechies, bon nombre de ces communes ne sont pas comptées dans notre strate démographique et nous n’avons pas connaissance de leur richesse ?
Comparaison n’est pas raison et on ne prête qu’aux riches ! Il est bien évident que, plus on a de recettes, plus on peut se permettre d’emprunter, de dépenser, d’investir.
Innovation dans ce DOB 2015, la Loi fait maintenant obligation de porter à la connaissance du plus grand nombre les investissements projetés par la majorité municipale.

Sont donc à l’étude, les projets de :
- décentralisation de la restauration scolaire
 -L’aménagement de la zone des Muchaux,
- L’aménagement du Castel St-Gérard,
- La rénovation du groupe scolaire Nadaud,
- L’aménagement de l’Hôtel de Ville,
- L’aménagement des terrains VNF,
- L’aménagement de la Place de la République, plus exactement de l’ilot République :
un restaurant décentralisé, garderie, etc…

Pour 2015, en particulier :
- mise en technique discrète de la rue Volta et citée familiale,
- aménagement de l’Hôtel de Ville qui devrait se faire au premier semestre
- aménagement de la rue Françoise Dolto au Pacot
- poursuite du programme de rénovation des bâtiments communaux.

S’en suit un débat.
Les élus de l’opposition regrettent d’entrée que ce DOB  se tienne si tard, qu’il ne traduise pas par de véritables projets pour la ville notamment sur le plan social, générationnel, sportif ou culturel mis à part  la décentralisation de la cantine scolaire et sans vision stratégique pour la Ville de Lambersart pour les années à venir. Ils rappellent aussi l’endettement de la Ville.

Le Maire précise à juste titre que le DOB n’est pas un débat sur le budget municipal qui donnera  lieu fin mars ou au plus tard au 15 avril à un vote. Le Maire se défend par ailleurs du niveau raisonnable d’endettement de la ville, en comparaison avec le Conseil Général du Nord qui pourrait se retrouver sous tutelle de l’Etat s’il continuait sur la voie sur laquelle qu’il est engagé.

Le Maire précise que  la baisse drastique des dotations des collectivités locales c’est l’équivalent sur trois ans de plus vingt pourcent d’augmentation de la taxe d’habitation et qu’il va essayer de tenir ses engagements de campagne électoral en n’alourdissant pas les impôts des Lambersartois. Il ajoute que  Lambersart n’est pas une ville de « rentier » comme à Macq en Baroeul (avec la zone économique de la Pilaterie et d’ une trésorerie de 24 000 000 €), La Madeleine (avec la zone économique du Romarin) ou Saint André qui bénéficient toujours de  « taxes professionnelles » importantes même avec le départ de l’entreprise Jean Caby pour Comines. Les priorités stratégiques de Monsieur Delfosse n’étaient  pas à l’époque le développement économique qui  aurait permis de toucher le jack pot après la loi Chevènement. Rappelons au passage que M.Daubresse est le Maire de Lambersart depuis 27 ans, élu de Lambersart depuis 1983 sous le dernier mandat de M. Delfosse, et que la Loi Chevènement est sortie le 12 juillet 1999.

Les solutions du Maire : étirer ses investissements (Nadaud) prévus en 2015/2016 sur 2017/2018, rebalayer toutes les dépenses de fonctionnement mais c’est compliqué car la moitié des dépenses de fonctionnement sont des dépenses de masse salariale : ne pas remplacer les départs à la retraite, réduire les postes de contractuels...mais là encore qui a procédé aux embauches ?

Après une très courte interruption de séance et avant d’entamer l’ordre du jour de la seconde réunion, le Maire entrepris ses communications sur l’Intercommunalité et  la Citoyenneté

Intercommunalité :
La compétence Tourisme s’en va à la MEL. L’office de Tourisme du Val de Deûle n’existe plus. Tolérance jusqu’au 1er juillet prochain. Le SIVOM versait 200 000€ à cet Office. Une partie des salariés va être rattaché au Sivom (budget de 100 000 € pour notamment les fêtes de la Deûle) et les autres salariés rejoindront la MEL sous l’égide d’un office communautaire.

Le câble. On a vendu la fibre du réseau câblé Numéricable mais les fourreaux reviennent de plein droit à la MEL à titre gratuit. Nous allons demander à la MEL de gérer le réseau câblé pour elle. Cela rapporterait 100 000 € au SIVOM

Autorisations de permis de construire.
Voir dans le cadre du SIVOM une mission d’ingénierie et conseils pour les petites communes de moins de 10 000 habitants.

Prévention de la délinquance. Les villes de Saint-André, Verlinghem, Lompret, Lambersart ?? se regrouperaient  pour de la prévention « des atteintes à la tranquillité publique ».

Emploi et Maison de l’Emploi.
Mutualisation des moyens avec les autres maisons de l’Emploi
Lambersart, Tourcoing et Linselles et ce d’ici 3 ans si possible. Aujourd’hui c’est un budget de 2,4 millions et 33 salariés pour « un stock » de jeunes de  2 930. Un audit a été fait.

Citoyenneté :
Avec le concours et avec le partenariat de l’Education Nationale.
Des actions sont prévues le 27 mars lors du week-end des jeunes, le 18 juin avec les associations patriotiques, scouts, écoles, avec le SIVOM.
Augmentation de 25 à 70 services civiques.
Dans le personnel municipal une personne va être dédiée pour les actions civiques.
Dans le cadre de la protection civile un certain nombre d’exercices devraient être menés pour le cas où, malheureusement, nous serions confrontés aux  problèmes petits ou grands que la France a eu à connaître dernièrement.
Le Groupe Lambersart le Cœur en Plus a préparé des propositions qu’il souhaite soumettre.
Le Maire propose la création d’un groupe de travail. Restitution des travaux aux deux prochains conseils municipaux.

Puis l’ordre du jour proprement dit du Conseil municipal est abordé.
Cet ordre du jour comprend une quinzaine de délibérations dont la moitié (3/5/6/8/9/12/13) soit près de 50% sont approuvées par l’opposition qui n’interviendra pas. Cette façon de procéder depuis le nouveau mandat, ne nous parait pas un progrès démocratique pour les Lambersartois. N’aurions-nous pas à connaître le contenu de ces délibérations ?

A la demande du groupe de l’opposition qui pose des questions, nous apprenons que :

Nous aurons bientôt un « Journal géo-localisé » : un accord de partenariat a été passé avec la Société Walkin  jusqu’en 2020, qui propose une solution de diffusion d’information géo localisées. Par rapport à l’endroit où vous serez, vous recevrez des informations de ce qui se passe dans un rayon de 300 m à 1 km, informations que la ville publiera, il n’y a pas de coût car c’est entièrement gratuit. (Application à télécharger sur smartphone ou tablette)

Qu’une convention de partenariat a été passée avec Jazz Again. Pour Jazz en Concert un montant de 7 500 € en 2015 ; pour Films en Concert les années précédentes, dépense de 50 000€  si on tient compte du coût des prestations de communications et de logistique pris en charge par la Ville. (Financement sur 3 ans par le ministre de la culture de l’époque Frédéric Mitterrand). Une somme de 5 000 € a aussi été versée par le député sur sa réserve parlementaire.

Désignation des membres représentant les associations d’usagers du restaurant scolaire.
L’opposition favorable au remplacement des 3 nouveaux parents mais ne comprend pas l’intervention d’un quatrième membre ??

Mutualisation avec Saint-André : tarifs communs (piscine, ludothèque, Colysée)
Tout va bien maintenant entre les Maires de Lambersart et de Saint André et on peut donc faire fonctionner la mutualisation, cela tient donc à peu de choses !!

Modification des effectifs :
L’opposition vote contre quelques transformations et créations de postes notamment pour cause de mutations ou de départs à la retraite, essentiellement parce qu’elle a des doutes sur certains recrutements. S’agissant de «nominatifs » il devrait y avoir un débat en « huis clos ».

Subventions exceptionnelles :
Abstention de l’opposition.

Restauration scolaire et municipale :
Le 18 février 2015  lancement de la procédure de délégation de service publique (DSP) pour la restauration scolaire et municipale qui a eu l’avis de la commission consultative des services publics le 10 janvier 2015 ainsi que l’avis technique du comité technique paritaire le 9 février 2015.
Le 18 avril 2015 remise des offres par les candidats
Le 11 mai 2015 ouverture des par la commission d’appel d’offres pour le choix du délégataire puis négociation avec les prestataires définis.
En juillet 2015 choix du prestataire lors du Conseil Municipal
A la rentrée scolaire 2015 : les premiers repas servis par le nouveau prestataire

Cette DSP va induire de nouvelles demandes et la décentralisation de la restauration scolaire de gros investissements sur la période 2015 à 2019 (pas d’enveloppe budgétaire annoncée)
Ce nouveau choix répond-il à l’attente de tous les Lambersartois ?
Rappelons ici que les Dotations d’Etat vont obliger à des réductions drastiques de dépenses.
A-t-on les moyens de ce projet. Le choix de la centralisation, il y a moins de 10 ans, était-il le bon choix du Maire et de son équipe ?
PS : nous avons par ailleurs appris pas la News diffusée au lendemain du Conseil que la Ville se faisait aider par un conseiller. Dommage que le Conseil n’ait pas été informé plus tôt de cette procédure largement engagée.

Rapport annuel 2013 sur le prix et la qualité d’élimination des déchets ménagers
663 904 tonnes évacuées
La fréquentation des déchèteries est à la hausse et chaque ménage envoie de la métropole 140kg/an

Syndicat Mixte Espace naturel de Lille Métropole
Compte administratif 2013 budget de 13 millions et dépenses de 11 millions (Lambersart est concernée par les chemins de la Deûle)

Quelques questions sont posées par l’opposition :
- Des associations reçoivent parfois des subventions supérieures à leur budget est-ce normal? Réponse: oui  la commission des finances examine les dossiers. Le maire répond à l’opposition ça fait vingt ans que ça fonctionne comme ça (pour information le CCAS a son autonomie de fonctionnement)
- Certains Cadres de la Mairie bénéficient de complément de rémunérations au prés de  différentes associations ou organismes afin d’évaluer le bien-fondé de ces compléments, peut-on avoir  sur cinq ans le montant. Le Maire répond qu’il ne peut pas donner l’information
- Elaboration de la charte informatique: du retard
- Concernant la culture : deux questions se posent
-Critères de choix des manifestations proposées au Colysée?
-Quel comité de citoyen assiste les adjoints à la culture et au tourisme ?
-Proposition d’un salon du Livre des auteurs de Lambersart en référence au salon du Livre de Bondues
Ces dernières question soulèvent quelque peu le courroux et l’agacement de M. Claude Reynaert qui tacle Madame Delesalle, engagement factice, réflexion populiste, etc Surprenant et pas très gentleman !

Rendez-vous à nos chers lecteurs fin mars 2015 pour le budget 2015, entre autres surprises.


dimanche 28 décembre 2014

Enfin !

Enfin ! Tous les Lambersartois sont invités aux voeux de la municipalité !

Rappelez-vous ; ces dernières années, seuls les "happy few" et autres "vip" étaient invités à cet événement. Thérèse Dupont et Nicolas Bouche, alors conseillers municipaux, s'étaient élevés contre cette pratique, boycottant les "grands voeux" (mais participant aux voeux de quartier, où chacun était convié, sans avoir besoin d'un laisser-passer officiel).

Nous serons, cette année, heureux de nous rendre et de vous retrouver, le vendredi 16 janvier, à la salle de sports Pierre de Coubertin, pour échanger autour d'un verre, dans un moment que nous espérons convivial !


Et nous profitons de ce petit article pour souhaiter une heureuse année à ceux que nous n'aurons pas l'occasion de rencontrer en ce mois de janvier !

Conseil municipal du 8 décembre 2014

Nous étions quelques uns à nous être déplacés ce lundi pour assister à la dernière grand’ messe du Conseil municipal de l’année. Rien de très significatif à l’ordre du jour de cette séance, des questions techniques, administratives et comptables pour terminer l’année et entamer le prochain exercice.

Par contre, au préalable à l’ordre du jour, le grand classique des communications ( plus d’une heure et demie). Tout d’abord celles du Maire puis celles du Premier adjoint suivies ensuite de celles de Mmes Jilcot et Maiffret.

A tout Seigneur, tout Honneur :
Le Maire annonça la suppression, à compter du 1er janvier 2015, de la Trésorerie actuellement installée dans le quartier du Pacot-Vandracq. A l’avenir, pour la partie comptabilité municipale : Marcq en Baroeul, pour les impôts proprement dits : Lomme. Permanences, dans un bureau de la mairie, quelques ½ journées/semaine. Jusque quand ?
Locaux VNF, situés rue Pasteur : mise à disposition de sans-abris jusqu’en mars. (la presse s’est montrée plus informée et plus bavarde sur le sujet quelques jours plus tard) !! La Ville ne serait pas encore propriétaire ??? Quid de cet emplacement ? Qu’en est-il du local municipal sis rue Debuire du Buc entre Guy Lefort et la Salle Ste-Cécile mis aussi à disposition de sans abris ?? Quel projet ? L’affaire avait été « gelée » à la fin du mandat dernier pour ne pas faire de remous avant les élections ? Un projet de construction attend t-il dans les cartons d’un promoteur ?

Le Premier adjoint, C. Caudron prit ensuite la parole sur 3 sujets :-
-          la ligne de bus 10 (consultation quadripartite : Transpole, LMCU, Habitants et Ville). Entrée en vigueur du nouveau trajet en février-mars, nouvel arrêt face à Speedy, suppression de l’arrêt avenue de Boufflers, inversion du sens de circulation Flament Reboux-Lavoisier, retour du bus non plus par la rue Vaillant mais par l’avenue de Boufflers ;

-          sécurité : 10 policiers municipaux (contre 17 auparavant) 2 administratifs. Allègement des tâches administratives, plus de présence le soir et la nuit, plus de PM aux entrées et sorties des écoles. Les agents de prévention et de médiation sont portés de 5 à 7, 1 éducatrice spécialisée, des astreintes 7j/7 et 24H/24, entrées et sorties des écoles par des « contrats aidés » (2 équipes de 4)  (Jeanne d’Arc et Ste-Union, prioritaires). Surveillance des bâtiments publics pendant l’été et les vacances scolaires par une société privée de sécurité. Mise en service de 78 caméras (900 000€). Opération « Voisins vigilants » en lien avec la Police nationale.
Et voilà ça boum !! Les premiers bons résultats ne se sont pas fait attendre, (octobre     2013/octobre 2014) :
            Faits de délinquance : - 49 % (882/449) ;
            Cambriolages : - 50% (220/111).

-          Démocratie participative : 7 élus de quartiers, des référents renforcés, des permanences dans le Proxibus, 127 conseillers de quartiers en lien direct avec les élus de quartiers qui leur communiquent mails et n° de portable (13 décembre première réunion des conseils de quartiers avant le forum des quartiers), une commission extra-municipale dans laquelle seront invitées notamment les têtes de listes non élues lors des dernières municipales.


Ces deux derniers sujets donnèrent lieu à un échange tendu entre premiers adjoints, l’ex et le nouveau, chacun revendiquant son point de vue, sa méthode, son action passée. Comme si le changement opéré entre les deux hommes avait suffi pour opérer un miracle !!
En particulier l’ex premier adjoint :
-          réaffirma que certains sujets doivent être débattus publiquement et non pas seulement dans les commissions internes et sous forme de communications qui empêchent tout débat et tout vote ;
-          regretta les anciennes réunions de quartier, à ses yeux, plus démocratiques pour résoudre les problèmes et desideratas de chaque quartier ;
-          pense que le conseil consultatif des associations de septembre va servir d’alibi pour l’attribution des subventions ;
-          dénonce le conseil de concertation qui ne réserve qu’un strapontin aux candidats non élus ;
-          déplore la réduction des effectifs de police municipale et certains derniers recrutements.
On aura noté l’effet induit du nouveau dispositif  lambersartois de sécurité ? La situation ne semble pas être aussi satisfaisante à Saint-André, La Madeleine ou même Verlinghem, nouvelles méthodes et caméras auraient elles  boutées les délinquants extra-muros ? 


Mme Jilcot nous lu ensuite un exposé sur les premiers mois de mise en place des « rythmes scolaires » puis Mme Maiffret nous tint sous le charme d’une analyse des besoins sociaux, sur la quartier de Canteleu, statistiques à l’appui.

Sur l’ordre du jour proprement dit, majorité et opposition s’étaient mis, avant le conseil municipal, d’accord sur bon nombre de questions adoptées à l’unanimité, l’opposition s’abstenant notamment sur les AP/CP dans l’attente d’une réponse écrite sur l’une d’entre elles.

Puis le maire donna quelques explications sur l’instauration de la taxe de séjour (question retirée de l’ordre du jour) qui sera probablement votée par le SIVOM, et sur l’échange de terrains entre Verlinghem et Lambersart. Ce dossier sera soumis en son temps en commission Travaux-Urbanisme. Tout cela devrait se régler, à terme, entre conseillers départementaux et à l’intérieur du même canton ! Ce qui devrait faciliter les choses !! De ce point de vue le redécoupage des cantons a du bon, c’est même idéal !!

On en vint ensuite à quelques questions posées par l’Opposition :

Tourisme : Valorisation du Patrimoine à Canteleu,  implantation d’un hôtel sur le terrain Sion ? les palmiers de Lambersart-Plage et la programmation de la saison culturelle 2015 ; réponses de Mme Astruc et de M. le Maire, particulièrement en ce qui concerne la programmation culturelle. Pas possible de répondre à cette demande. Trop tôt ! On aura noté pourtant que le Festival Films en Concert devrait être réduit parce que trop cher et qu’il n’y aurait plus de vedette au 14 juillet. A la question du coût des kakémonos, cela évite le recours aux flyers et puis le budget consacré à la communication, sous toutes ses formes a substantiellement baissé au fil du temps !!

Forum de l’Orientation et de l’Alternance. Il semblerait qu’il y ait eu moins de fréquentation. Changement de lieu halle Pierre de Coubertin à la place d’André Malraux. L’an prochain ce forum sera reconduit en automne tandis que le forum des métiers se tiendra au printemps à Marquette l’un et l’autre de ces forums se complétant au sein des communes du SIVOM.
Une chargée de mission dans le domaine de l’entreprise a été recrutée pour quelques mois. Elle a remis un rapport au maire qui sera présenté en début d’année prochaine en commission.
Le maire a décidé de maintenir cette personne en poste. A terme cette politique pourrait être intégrée dans une dynamique communautaire et le poste pérennisé à LMCU ?

A la demande de M. Dehaeze une mise point a été faite sur la prise en charge par la ville du repas de quelques animateurs travaillant en partie sur les activités générées par la mise en place des nouveaux rythmes scolaires.

Il fut aussi question de l’état déplorable des locaux du Castel Saint-Gérard. Le maire annonça que la vente à un promoteur d’une partie des terrains, front à la rue de Lille, était toujours  d’actualité ?? Et voilà, c’est lâché ! Elle permettrait de reconsidérer le dossier, construction à deux étages, autres ???
Il en est de même pour les terrains en face du Colysée.
La conjoncture est difficile. Nous allons lisser les investissements sur 6, 8 ou 10 ans !! si on ne veut pas augmenter les impôts, dixit le Maire, qui doit d’ailleurs profiter des prochaines vacances pour établir le PPI (Plan Pluriannuel d’Investissements). On peut s’étonner cependant que cette étude n’ait pas été effectuée à l’occasion de l’établissement du programme électoral, la majorité actuelle disposait elle de toutes les données financières de la commune !!! Mais ce n’est pas nouveau, dans le précédent mandat, nous avions dû réclamer cette étude qui en fin de compte ne s’était révélée qu’un succédané d’AP/CP.

Il fut aussi question du parc automobiles et de la mise à disposition de véhicules au personnel,  des conséquences éventuelles sur ce dernier de la Loi MAPAM. Il ne devrait pas y en avoir, selon le Maire.


Avant de clore la séance, il demanda à M. Reynaert, au nom de la majorité, de solliciter l’appui de l’opposition, M. Cousin, Vice-Président de l’ENM (une fois n’est pas coutume) pour qu’il intercède auprès du Président de l’ENM. Il semblerait que cet organisme  veuille se désengager  de la location des locaux du  rez-de-chaussée du Colysée (35 000€). LMCU rencontre aussi des difficultés et doit reconsidérer ses dépenses. Affaire à suivre…

jeudi 25 septembre 2014

Questions à Marc-Philippe Daubresse, maire de Lambersart

M . le maire, Nicolas Sarkozy sera en meeting dans notre ville ce jeudi 25 septembre, dans la salle Pierre de Coubertin. L’organisation de ce meeting nous pose de nombreuses questions. Les voici :
Qui a loué la salle ?
Quelle association a loué la salle Pierre de Coubertin ? Quel est son nom ? Qui en est le président ? Est-elle active sur Lambersart ? Est-elle répertoriée dans le guide des associations ? Quels sont ses statuts ? Si cette association a été, comme vous le dites, créée ou réactivée la semaine dernière, cela veut-il dire que n’importe quelle association, créée à la hâte, non active sur Lambersart, peut réserver une salle au tarif lambersartois ?
A Lambersart, peut-on réserver une salle une semaine seulement à l’avance ?
Quelle association lambersartoise peut appeler en mairie pour demander une salle une semaine avant un événement ? Quelle association lambersartoise peut obtenir une salle déjà réservée par une autre association (en l’occurrence, la JFL, club de basket dispose de la salle Pierre de Coubertin pour ses entraînements le mercredi, jeudi soir et vendredi soir) ? En résumé un Lambersartois ou une association lambersartoise qui veut organiser un banquet jeudi prochain peut-il appeler dès demain en mairie pour louer au tarif lambersartois la salle Pierre de Coubertin ?
Combien cela va coûter aux Lambersartois ?
Quel tarif précis sera appliqué à cette location ? Le tarif dit " lambersartois" (1750 € au lieu de 3241 € pour les non-Lambersartois) sera-t-il vraiment appliqué ? La mairie facturera-t-elle une seule location (donc pour un jour) ou trois puisque les préparatifs et la désinstallation obligent selon vous à mobiliser la salle pendant 3 jours obligeant le club de basket à jouer ailleurs ? Qui va décider du montant de la facture des prestations annexes fournies par la mairie (sécurité, nettoyage, aménagement de la salle, sono…) ? Le maire de Lambersart va-t-il facturer lui-même à l’ami de Nicolas Sarkozy ? N’y-a-t-il pas là conflit d’intérêt au préjudice des Lambersartois ?
Le changement, c’est pour quand ?
L’organisation de ce meeting est-elle le signe que vos promesses de changement dans les pratiques démocratiques sont déjà oubliées ? Avez-vous déjà repris vos mauvaises habitudes ou ne les avez-vous jamais abandonnées ?

Et pour finir une question importante : accepterez-vous de répondre précisément à toutes ces questions précises ?

mardi 22 juillet 2014

Quand les frais de représentation alimentent l’actualité

Nous l'avons écrit et réécrit en son temps : nous avons toujours été opposés aux frais de représentation du Maire. Il semble que certains élus partagent dorénavant notre position. Ainsi, Gérald Darmanin, Député UMP et Maire de Tourcoing a-t-il déclaré à France 3: "Je n'ai pas la même opinion que MP Daubresse. En tant que Maire, je n'ai aucun frais de restauration dans ma mairie, et j'ai refusé le cumul des indemnités (...)." Même si nous ne partageons pas toujours les idées de M Darmanin, nous ne pouvons que nous réjouir des propos qu'il tient sur ce sujet... Rappelons cependant qu'en 2013, les contribuables lambersartois ont invité au restaurant (L’Assiette du Marché), par l'intermédiaire de leur Maire, le dit G Darmanin... A méditer.

PS : notre blog ne traite que des affaires lambersarto-lambersartoises. C'est pourquoi nous n'écrivons rien sur les affaires financières de l'UMP (et notamment les dépenses de restaurant de son secrétaire général adjoint, révélées par le Canard Enchaîné). Mais vous imaginez bien que nous n'en pensons pas moins...


lundi 7 juillet 2014

Conseil municipal du 23 juin 2014

                                            
Tout d’abord, on constate cette fois encore l’absence de « leaders » des  groupes politiques d’opposition à l’UMP depuis les dernières élections.

Au préalable à l’examen de l’ordre du jour proprement dit, le Maire, slides à l’appui, expose longuement le contenu de la loi MAPAM sur la réforme territoriale. Dans la foulée il informe qu’il soumettra à l’assemblée le vote d’une motion proposée par l’Association des Maires de France pour s’élever sur la baisse des dotations d’Etat aux collectivités locales. Bien cette information, qui aurait pu être davantage synthétisée au profit de sujets sur lesquels il convient de s’attarder plus comme le compte administratif, l’évolution de la dette ou de la masse salariale ou encore la programmation par l’équipe en place des futures réalisations sur le mandat.

Afin de  compenser le temps passé en première partie de séance, les deux groupes ont décidé, pour bon nombre de questions (40 inscrites à l’ordre du jour), qui n’appelaient pas de difficultés ou d’explications supplémentaires, de faire un « vote bloqué ».  Notamment les  questions n°s 10/11/12/13/14/15/16/17/18/20/21/22/28/29/31/32.

Compte Administratif 2013 (compte de résultat du budget primitif 2013):
▪ Le compte administratif 2013 est présenté six mois après sa clôture annuelle. Les résultats de l’exercice sont pourtant connus en début d’année puisque les résultats sont intégrés au budget de l’année 2014. Le Groupe « Ambition pour Lambersart » dans le précédent mandat, a toujours déploré cette méthode qui obère notamment toute possibilité de discuter objectivement des orientations budgétaires chaque année.
▪ Le compte administratif et le compte de gestion ont été approuvés par le conseil. Seule la nouvelle opposition s’est abstenue. On rappelle ici que  quelques uns de ses membres ont toujours tout accepté dans le passé et ont voté « pour le budget 2013 ».
            

Tableau  partiel des dépenses et recettes réalisées pour 2013 (d’après diapositives) :    
                   
        SECTIONS
DEPENSES REELLES K€
RECETTES REELLES K€
       ECART (R-D)
Fonctionnement
         27 863
        30 179
              2 316
Investissements et restes à réaliser
           7 286
          6 646
               - 640

L’excédent cumulé de la section de fonctionnement suite aux opérations de 2013 se montent à 2 094 k€. Il doit couvrir les besoins de financement des investissements corrigés et  des restes à réaliser soit  324 K€ basculés au budget primitif 2014. Le solde de 1 770K€  (2 094-324) reste en recettes de fonctionnement sur  le BP 2014. (Explications fournies par l’adjointe aux finances)

Cpte Administratif - principales recettes de fonctionnement
2013/ en K€ 
Prévision 2013
Réalisé 2013
Ecart (R-P)
Chap.73 impôts et taxes
      18 627
    19 068
           441    
Chap.74 Dotations, subventions
        9 059
     8 766  
         - 293
Cpte Administratif - principales dépenses de fonctionnement
2013/ en K€ 
Prévision 2013
Réalisé 2013
Ecart (P-R)
Chap.12 personnel & frais assimilés
      16 384
     16 313
                71
Chap.11 charges à caractère général
        7 144
       6 647
               497
Chapitre 65 autres charges de gestion courante
       4 089
      4 041
                48
Chapitre 66 charges financières
           378
         285
                93

Pour la section investissement, en particulier, nous aurions souhaité un peu plus  d’explications  de la part l’adjointe aux finances pas seulement sur  le niveau du taux de la dette annoncé à un taux de  2,41% (invérifiable) mais également  sur le montant global de l’endettement et la durée. Nous avons retenu les points suivants :
                               ▪Les recettes d’investissements comprennent : une partie emprunt CDC voté en avril 2012 pour le Pacot (au taux du livret A+ 0.6%), le remboursement de TVA sur les opérations de l’ANRU (FCTVA) et des subventions, des dotations, des amortissements.
                               ▪Les dépenses d’investissement comprennent : différents  travaux sur les bâtiments de la ville, les AP-CP (autorisations  de programmes et de crédits de paiements) ANRU, pôle sportif et parc urbain, les grosses réparations et matériels pour 1 504k€ (église Saint-Calixte 260k€, la toiture du centre Eugène Duthoit, les sanitaires de l’école Rameau, achat véhicule trafic, matériels, mobiliers, informatique …)                      
Il est regrettable de constater :
Que la présentation financière soit sommaire : aucun ratio, aucun tableau de bord,   aucune analyse de fonds des écarts budgétaires constatés et qu’aucun support    papier   ne soit communiqué aux électeurs présents pour s’y retrouver dans tous ces chiffres et        explications parfois confuses.
▪ Que certaines dépenses, en particulier celles de personnel, ne cessent d’augmenter    au lieu de diminuer dans l’intérêt des contribuables ; à juste titre l’opposition fait   remarquer qu’entre 2012 et 2013
- les  charges de personnel  c’est +3,5% soit plus 500k€ (malgré le gel du point d’indice).
- les impôts locaux quant à eux ont augmenté de 2,7%.
Cependant l’adjointe  aux finances a  annoncé  en toute bonne foi une bonne                gestion de la commune et notamment le recul de 200 k€ des dépenses       globales de fonctionnement de 2013 par rapport à 2012.

▪ Que concernant les emprunts, la réplique faite  à l’opposition  «  on ne va pas            refaire le sketch de la campagne» par le futur  « dauphin » * est déroutante. On aurait pu s’attendre à d’autres explications de la part de celui qui, pendant plusieurs mandats,  sous la houlette du maire, a « tenu les cordons de la bourse de la ville ».

*Nous avions pu lire dans la presse locale, la veille, un long article sur le premier adjoint du moment, affecté à la proximité comme il se doit, désigné comme dauphin par le maire actuel pour le poste majoral ! On a connu des monarchies de droit divin mais il semble que cela se décline maintenant à l’échelon de la commune. 
▪ Qu’aucune anticipation du désengagement de l’état ne soit prise en compte. 0n         peut craindre que le moment voulu on augmentera indubitablement les taxes locales           de façon arbitraire.
▪ Qu’aucune vision pluriannuelle n’est présentée. 

Par contre il est rassurant d’apprendre que :
                         ▪ Concernant d’éventuelles  prestations de la Société Bygmalion  (affaire des                                         « fausses factures » de l’UMP) avec la commune de Lambersart, « contrairement à  certaines communes », dixit le Maire, « la question** est intéressante, la réponse  est nette, non et à aucun moment la commune de Lambersart n’a été en rapport avec cette société, ni avec ses sous-traitants éventuels. Vous avez raison de vous poser ce genre de question. Non ni directement, ni indirectement, c’est clair ! »

**La question avait été posée par l’opposition, préalablement au vote du compte administratif 2013, en premier lieu à l’adjoint aux finances de 2013 qui n’a pas  voulu répondre le temps de sa prise de fonction de Maire « bis » lors du vote d’approbation du compte administratif.
L’opposition est enfin reconnue. Le maire ne s’est jamais montré aussi consensuel     au cours du dernier mandat, quand on sait les difficultés rencontrées par TD et NB                pour obtenir des documents et explications :
-      mise à disposition d’un grand local (nous avions un  ancien garage        réaménagé pour 3 groupes), un photocopieur, etc…..;
-      accord sur plusieurs revendications de l’opposition sur le  règlement                   intérieur ;
-      à sa demande l’opposition pourra consulter les factures pour les prestations des comptes  611/617/618/62 (sous-traitants, consultants, frais divers, honoraires…). Mr le Maire est là pour « faire de la transparence mais il ne faut pas faire comme un certain Eric Darques qui veut tout et tout de suite, on ne peut passer 3 mois à la photocopieuse ».
-      les éléments à soumettre à la commission des finances seront communiqués plus tôt ; des rencontres entre groupes (majorité et opposition) seront organisées pour préparer les séances de conseil municipal.
         A terme y aura-t-il encore débats en conseil municipal ?

▪  Bien que pas d’accord sur la réforme des rythmes scolaires on l’appliquera à                               Lambersart ! Le contenu :
   - lundi, mardi, jeudi  de  8h30-12h / 14h-16h10  journée complète
   - mercredi  de  8h30-12h pas possible de récupérer les enfants à 12h si restauration
   - vendredi matin  de  8h30-12h    possible de récupérer les enfants à 12h
   - vendredi après-midi, activité en soutien, temps périscolaire type  CLSH
   - maternelles jusqu’à 16h30 possible
   - élémentaires CP->CM2 jusqu’à 18h possible soit étude,  soit garderie, mise en               place du contrat ville 16h10-17h30

=>          Autres sujets abordés :
▪ Retard d’ouverture de l’EHPAD : motif retard de paiement Conseil Général  n’a pas versé 180 K€. (on devra rester vigilant ce n’est pas au contribuable de payer)
▪ Pour la fête du 14 juillet prestation de Chimène Badi : dépense 29k€ (équivalent à     7 878 places de cinéma à Lambersart).
Le maire informe qu’on baissera l’an prochain le montant de la prestation.

▪ Coût élevé des animations au Colysée : l’entorse, contre plongée, cartouche               66  (exemple : coût 21 k€ pour une prestation). Réponse : obligation de 3 spectacles dans le cadre de la convention des maisons folies sinon on perd une subvention de           75K€ de LMCU.
▪ Terrain VNF : éventuellement salle de spectacle, sujet ouvert à réfléchir. Où sont les               finances ? 
▪ Demande d’explications sur le départ de 2 agents, le  sujet sera abordé mercredi       matin, le Maire sera présent. En 2013 pas de versement FIPH-emploi handicap.
▪ Problème de la police municipale: service de prévention de la délinquance, sujet en                cours patrouille nocturne, la réforme sera faite à la rentrée (pour information le chef             de la police municipale en maladie depuis un certain temps).
▪ Tarif des salles, prestations des régisseurs. Remarque de l’opposition qui dénonce    les augmentations de tarifs et l’octroi d’une salle par le Maire lors  de la précédente                 campagne. C’est fait ! Dorénavant on pourra louer légalement les salons du Centre De Gaulle que le maire, en particulier, s’était octroyé sans qu’ils figurent dans les               tarifs votés par délibérations du conseil municipal. Il en avait arbitrairement fixé le       prix ! Voilà donc aussi une régularisation appropriée.
▪ Villavenir, promesse de campagne. Délibération repoussée au conseil municipal de fin septembre. Rencontre avec la SCI de la Barre, propriétaire, pour ajustement,          classement en espace boisé non constructible (retour à la case départ).
             ▪ SMENO, logements pour étudiants dans les maisons des 48 et 50 av. Debuire du           Buc. Un nouveau permis de construire a ou va être délivré, la réhabilitation          prévue                 s’avérant trop onéreuse (nous étions intervenus fin de mandat sur des            questions de parkings, on peut s’interroger sur le sérieux de l’étude ?).
▪ Intervention de l’opposition qui reproche l’augmentation de certaines            participations des familles (centres de loisirs, réforme des rythmes scolaires) ;  les              activités périscolaires seront payantes et indexées sur le revenu des usagers                           (de 1,60 € à 5,35 € pour 2 heures 30 d’activité). Mais globalement quel coût et            combien cependant pour les contribuables ? 100, 200, 300 K€ (question importante      omise par l’opposition).
             ▪ Comme annoncé plus haut vote à l’unanimité par le Conseil municipal d’une motion   proposée par l’Association  des Maires de France concernant la baisse des dotations               de l’Etat aux collectivités locales présentement et pour l’avenir

Conclusion :
 Un compte administratif 2013 voté mais peu d’information sur les prochains projets, les prochains investissement, les pistes d’économies  face à la baisse générale  des dotations tant décriées par Mr le Maire (Député, ancien Ministre, ancien secrétaire adjoint de l’UMP, vice-président de Lille Métropole  Communauté Urbaine, Président du SIVOM Alliance Nord-Ouest) qui  oublie de rappeler dans son discours de politique général  d’introduction (hors sujet) que les dépenses des collectivités locales n’ont cessé d’augmenter depuis 1982 et  sont  passées de 56 Mds à 250 Mds d’€ et que l’on ne peut pas continuer dans cette voie.
Gérer c’est prévoir on peut s’attendre dès 2014 à des hausse de dépenses, des dérapages et pour 2015, 2016, 2017 à des augmentations d’impôts et  d’emprunts pour équilibrer les comptes, d’autant qu’il évoque la restructuration du groupe scolaire Nadaud, un équipement pour la petite enfance au Canon d’Or ou encore d’importants travaux au Castel St-Gérard !

Rendez-vous à la rentrée pour le prochain conseil municipal. D’ici là,

                        Bonnes vacances à toutes et tous à Lambersart ou ailleurs !

lundi 12 mai 2014

Conseil municipal du 7 mai 2014

Ce mercredi 7 mai s’est tenu le Conseil municipal. Après la séance du 16 avril consacrée entre autres au débat d’orientation budgétaire de pure forme, on rentrait dans le vif du sujet cette fois avec un rendez-vous plus technique pour le vote du Budget Primitif 2014. Il était temps quand on constate que l’on est presque à mi année et que l’exercice budgétaire s’arrête début décembre ! Il va falloir y aller dare-dare pour concrétiser les projets. Des projets on en a cherché !! Le changement dans la continuité, un budget que la nouvelle opposition a qualifié de terne, trompeur et en trompe l’œil et que nous ne saurions démentir.
Comme Nicolas Bouche et Thérèse DUPONT dans le dernier mandat, l’opposition a déploré que les comparaisons ne reposent pas sur des données réelles. Les résultats du Compte Administratif de l’année 2013 sont connus depuis plusieurs mois (bon nombre de communes ont d’ailleurs voté leur CA 2013) cependant qu’on continue de comparer BP à BP !

Nous avons noté que la section de fonctionnement passait de 29,9M€ à 30,5M€ :  pour l’essentiel, augmentation des charges générales, financières et de personnel. Ces dernières (16,750M€) représentent cette année 55 %  des dépenses de fonctionnement. A signaler au passage que le Maire a récemment « décidé d’accorder 2 journées de congé exceptionnel à tous les agents en poste actuellement, au prorata du temps de travail, pour l’année 2014 » et « pour les agents temporaires » « une rémunération correspondant à 2 journées-type déterminées par agent », et ce à l’occasion de sa réélection le 6 avril 2014 !
Au titre des subventions, des changements sont à l’étude pour l’année prochaine, cependant que la subvention accordée à l’AGEMLAM est diminuée de 35 000€ (260 000 €) et celle attribuée au CCAS en baisse de 200 000€ (11%). Garantie est cependant donnée que les actions menées par le CCAS seront maintenues !
On peut aussi s’interroger sur les promesses faites au cours de la campagne électorale en matière de sécurité. Certes les caméras de vidéoprotection sont installées, mais comment les patrouilles nocturnes seront-elles assurées alors que des coupes sont opérées dans le personnel affecté à la police ?

La section d’investissement affiche quant à elle un montant de 8,2M€ contre 10,9M€ l’an dernier soit une diminution de 25 %. C’est dire si les projets sont nombreux ! On se contente juste de continuer la rénovation du Pacot, la vidéoprotection, quelques acquisitions de mobilier,  de matériel dont 3 véhicules et  des travaux d’entretien du patrimoine qui, comme on l’a constaté, en a grand besoin.
A l’ordre du jour de ce conseil aussi, l’annonce de l’acquisition des terrains sis face au Colysée appartenant à Voies Navigables de France (4 000m2 moyennant la somme de 650 700€) dont on ne sait pas encore ce que l’on en fera, mais pour les soustraire à la construction de logements sociaux.
Et la vente de deux maisons sises 46 rue Lavoisier et 73 rue du Mal Juin qui avaient déjà fait l’objet d’un examen en conseil municipal l’an dernier et à propos desquelles Nicolas BOUCHE et Thérèse DUPONT avaient posé des questions. Ces deux maisons ne sont toujours pas vendues, cependant que la recette figure au titre des cessions d’immeubles au budget 2013. Il est question de les vendre à l’encan sur un site internet notarial ! Nous reviendrons sur le sujet ultérieurement. 

Hormis l’augmentation des bases, 0,9%, il n’y aura pas de baisse des impôts locaux contrairement à la baisse d’ 1 % effectuée en 2012 et 2013. Les mauvais esprits diront à des fins purement symboliques et électorales !
Enfin la question des rythmes scolaires n’est toujours pas tranchée. En attente de ce qui se passe au niveau gouvernemental. Réunion prévue le 21 mai avec tous les partenaires.


Nouvelle réunion de conseil municipal prévue fin juin pour l’examen et le vote du Compte Administratif 2013 entre autres.

samedi 19 avril 2014

Conseil municipal du 16 avril 2014

Ce 16 avril 2014 première séance de conseil municipal après l’installation du 7 avril, pour débattre de l’orientation budgétaire 2014 et procéder à quelques désignations dans les organismes et associations.

A peine la séance était-elle ouverte qu’on était dans l’ambiance. Echanges d’ "amabilités" en particulier entre MM. Caudron, Cousin et le Maire. Ce dernier, avec toute l’élégance qui le caractérise, allait donner le ton au cru de ce DOB millésime 2014. S’adressant à l’assemblée il annonça "le nouveau Y. Cousin est arrivé, c’est comme le Beaujolais nouveau !"

On aurait pu s’attendre à quelque chose de prestigieux. Et bien non, ce cru 2014 s’est révélé tout aussi insipide que les crus précédents. Rien de neuf sous la calotte financière des cieux lambersartois :
-          même exposant, Christophe Caudron, ex-adjoint aux finances, alors qu’on attendait un exposé magistral de Christiane Krieger, nouvelle adjointe préposée aux cordons de la bourse,
-          le sempiternel radar de l’économie française agrémenté de quelques données financières arrêtées, bien entendu, au 31 décembre 2012 (les chiffres 2013 sont connus, mais, comme chaque année, on nous en réserve la surprise jusque fin juin pour mieux nous faire languir !!).
-          mêmes satisfecit à travers ratios et moyennes, au choix, et selon les messages que l’on veut faire passer !
-          l’endettement a quand même été abordé timidement. Là encore, on s’arrête à fin 2012  cependant qu’on ne peut éluder l’emprunt de 4,3M€ signé en avril 2012 et dont on vient juste de démobiliser le solde. Qu’importe on le retrouvera dans quelques semaines au mieux et au pire l’an prochain, au moment du DOB 2015.
   
Tout cela pour dire qu’il faut trouver,
-          compte tenu de la baisse des dotations de l’Etat,
-          de la charge de personnel (plus de 16M),
-          de quelques augmentations de dépenses de gestion courante,
-        d’une estimation,  à hauteur de 100 000€, de la dépense estimée d’un trimestre de mise en œuvre des rythmes scolaires,
une enveloppe de près de 1M€,  en s’en tenant à la seule augmentation des bases, sans augmenter les taux (promesse électorale oblige ??).

Ce 1 M€ devrait être trouvé grâce aux économies à réaliser sur le fonctionnement.

Beau challenge pour Christiane Krieger qui peut compter sur Christophe Caudron, mais aussi sur Stéphane Acquette, nouvel adjoint au développement durable qui s’est obligeamment prêté à des conclusions pédagogiques et élogieuses sur et à l’issue de l’exposé et du débat sur le DOB. Il est vrai qu’ils ne seront pas trop de trois pour réussir l’exercice.


vendredi 18 avril 2014

Lu dans Le Canard Enchaîné et Dailynord

Le Canard Enchaîné du mercredi 16 avril 2014 consacre un article à l'affaire judiciaire qui nous a opposé à Marc-Philippe Daubresse sous le titre "Lambersart sans la manière".
















Sur le mème thème, le site d'informations régionales Dailynord a également publié un article :
A Lambersart, Marc-Philippe Daubresse a-t-il joué avec la justice pour faire campagne?

A peine réélu à 51,7%, le maire de Lambersart, Marc-Philippe Daubresse, a, comme par hasard, retiré la plainte pour diffamation qu’il avait déposée à l’encontre de Nicolas Bouche et Thérèse Dupont, à la tête de la liste ModeM “Ambition pour Lambersart”. Les deux impertinents avaient osé dénoncer sur leur blog en janvier 2012 des factures, d’un montant total de 6200 euros pour séminaire conviant 28 élus à Ostende en juillet 2011 et de 7200 euros pour divers frais de restauration du premier semestre. “La procédure aura duré deux ans”, regrette le communiqué d’Ambition pour Lambersart qui ne manque pas de préciser que la prise en charge des frais de justice du maire ont été actés en conseil municipal...
Lire la suite ici

mercredi 2 avril 2014

Manoeuvres politiques, gâchis d'argent public : à Lambersart, ça continue !

Ce mardi, le tribunal correctionnel de Lille a pris acte du désistement de M.Daubresse de sa plainte pour diffamation à l'encontre de Nicolas Bouche, Thérèse Dupont et Emmanuel Magdelaine.
Ce désistement au lendemain du 2ème tour des élections municipales nous interpelle fortement et nous oblige à réagir pour expliquer clairement la situation aux Lambersartois.
La plainte de M.Daubresse faisait suite à deux articles parus sur notre blog en janvier 2012, qui décrivaient les frais de restauration des élus de Lambersart et en particulier ceux engagés par M. Daubresse. 
Tout au long de la procédure judiciaire, nous avons vivement contesté toute diffamation dans ces deux articles et nous étions prêts à en répondre devant la justice. La procédure judiciaire aura duré deux ans.
Deux années qui ont coûté cher aux Lambersartois. La prise en charge des frais d'avocat de M.Daubresse a été acté en Conseil municipal (sauf par Thérèse Dupont et Nicolas Bouche, conseillers municipaux d'opposition). Tous ces frais ont donc été payés par l'argent public. Plusieurs milliers d'euros pour rien.
Ou pas tout à fait. Pour Marc Philippe Daubresse, cette procédure judiciaire a d’abord été un argument politique. Il l'a mise en avant à deux reprises dans la tribune municipale et dans un tract de campagne à trois jours du 1er tour. Chacun se fera sa propre opinion sur cette utilisation à des fins électorales d’une affaire non jugée.
Pour notre part, nous estimons que la justice a été instrumentalisée. Le procureur de la République a d'ailleurs regretté publiquement à l'audience le temps et l'argent perdus par l'institution judiciaire dans cette affaire.
Depuis 6 ans, nous nous battons pour plus d'éthique dans les pratiques politiques à Lambersart. Nous n'avons cessé de le répéter pendant la campagne électorale.

Nous attendons toujours de voir le changement...